Ignorer et passer au contenu Passer au menu latéral

Actualités

The french gut

Le French Gut est une contribution nationale sur le microbiote. C’est un moyen d’accélérer la science du microbiote, pour ouvrir la voie à de nouvelles thérapies innovantes face à des maladies chroniques (cancers, MICI, obésité, diabète…) et les troubles en lien avec le cerveau (autisme, parkinson, Alzheimer...) en constante augmentation.

En lire plus →

Parlons Microbiote , immunité et santé intégrative

Actuellement l'immunité est au carrefour d'enjeux cruciaux : faut-il la développer naturellement ou attendre une solution extérieure? Est-elle héritée dès la naissance ou peut-elle se développer ou se renforcer ? Gregory Pamart (médecin généraliste), Leonardo Pelagotti (Formateur Wim Hof), Xavier Campana (médecin directeur de la maison du microbiote) et Krian Vias (spécialiste en ayurveda) échangeront avec Fabien moine autour de ces questions et bien d'autres tout en étant en direct avec le public!


https://www.youtube.com/watch?v=4hVAP-lzEqk

ET AUSSI

PODCAST sur studio55fm

Décryptage simple du microbiote intestinal et du système immunitaire avec en invités les docteurs Campana de la maison du microbiote à Toulon et Lenoir de Kalya à Montpellier: pour écouter c'est par ici:

https://www.studio55fm.com/podcasts/u-man-166/u-man-03-systeme-immunitaire-et-microbiote-intestinal-159

En lire plus →

L'alimentation santé pour la jeunesse

 

OPENAGRIFOOD

 

Belle et utile initiative vers la jeune génération et dès la maternelle à laquelle l'équipe de la maison du microbiote adhère totalement .

L’ Open Agrifood est un THINK tank (groupe de réflexions). Nous organisons des événements (Forums, Débats, Groupes de Travail) tout au long de l'année qui visent à faire progresser la filière alimentaire en démultipliant les échanges et les rencontres. Ces événements s'articulent autour de sujets comme :
la pédagogie de l'alimentation
• la raison d'être de la filière alimentaire
• le transition agricole et alimentaire
De ces espaces de discussions  émergent des projets novateurs et c'est en ça qu'il est aussi un DO Tank : il initie et porte des projets.

Les sujets au cœur du débat
• Le bien-être animal
• L’ agriculture de demain
• L’ alimentation santé
• La France à l’export
• La confiance/défiance des consommateurs

En savoir plus et signer le manifeste :
https://www.openagrifood-orleans.org/signez-le-manifeste/

En lire plus →

5 Podcasts sur le microbiote

Une série de 5 podcasts intimistes et engagés à découvrir , des témoignages authentiques accompagnés par le regard d’experts

En lire plus →

Alimentation et gravité de la Covid 19

 “Presque tous les patients qui finissaient par tomber gravement malades ou même mourir à l’hôpital présentaient une grave carence en sélénium et en zinc dans leur sang à l’admission”.

En lire plus →

Le site des 1000 premiers jours

Les 1000 premiers jours , là ou tout commence !

La relation de symbiose entre microbes et humain, essentielle à notre santé et bien-être, s’établit dès la naissance et se façonne au cours des premières années de vie.
Les différences de mode de vie et d’alimentation influencent fortement la composition des bactéries  intestinales chez les enfants, comme pour les adultes. Les 1000 premiers jours sont une période clé pour l'établissement du microbiote intestinal et la bonne santé qui s'ensuit. Au cours de cette période, les enfants grandissent rapidement : taille, poids, périmètre cranien... Leurs organes, leur système digestif, leur système immunitaire et leurs capacités neurologiques et cognitives subissent des changements majeurs.

Découvrez le site, 1000-premiers-jours.fr , le nouveau site de référence pour les futurs parents et les parents d'enfants jusqu'à 2 ans. L'importance du microbiote à cette période est fondamentale pour la santé future de l'enfant .

En lire plus →

Epigénétique & rajeunissement

Comment rajeunir de 3 ans en 8 semaines ? 

Pour une nouvelle étude parue dans la revue Aging (*), des chercheurs ont évalué l’impact de l’alimentation et du mode de vie sur l’âge biologique, déterminé grâce au niveau de méthylation de l’ADN. Dans cet essai contrôlé randomisé, 43 adultes en bonne santé âgés de 50 à 72 ans ont soit suivi un programme de 8 semaines avec des recommandations concernant leur alimentation, leur activité physique, leur sommeil ainsi que des conseils de relaxation, soit intégré le groupe de contrôle (et rien changé à leurs habitudes).

Le protocole auquel les participants ont été soumis a été mis au point à partir des résultats d’études réalisées précédemment.

L’alimentation était essentiellement végétale avec des apports élevés en nutriments impliqués dans le processus de méthylation (folates, bétaïne...). Les protéines animales riches en nutriments étaient autorisées mais peu variées et limitées. Les glucides étaient également restreints et un jeûne intermittent était préconisé. Les participants ont également pris des suppléments de probiotiques et de phytonutriments et devaient pratiquer 30 minutes d’activité physique au moins 5 jours par semaine. Des exercices de respiration deux fois par jour devaient également être réalisés afin de réduire le stress.

Enfin, les participants ont reçu la recommandation de dormir au moins 7 heures par nuit. Les chercheurs ont estimé l’impact de ce programme sur l’âge biologique des participants, basé sur le niveau de méthylation de l’ADN (ADNmAge ou âge épigénétique).

Les résultats indiquent que les participants soumis au protocole ont présenté une réduction significative de leur âge biologique : ils étaient ainsi 3,23 ans plus jeunes que les participants du groupe de contrôle au terme de l'étude.

Les chercheurs soulignent que le protocole mis en place a été conçu pour cibler tout particulièrement le mécanisme de méthylation de l’ADN qui est hautement corrélé à l’âge biologique.
En ciblant des processus épigénétiques, une alimentation adaptée et un mode de vie sain permettent donc d’améliorer le bien-être et la durée de vie. En modifiant sélectivement la méthylation de l’ADN, il est possible d’avoir un impact sur le vieillissement et les maladies liées à l’âge.

Dans cette étude, les recommandations alimentaires comprenaient notamment : 3 portions de foie et 5 à 10 œufs par semaine, l’équivalent de 2 tasses de légumes verts à feuilles et de 2 tasses de crucifères par jour ainsi que 3 tasses supplémentaires de légumes colorés (sauf pommes de terre et maïs). Graines de citrouille, graines de tournesol, baies, romarin, curcuma, ail et thé vert faisaient également partie du protocole alimentaire. Enfin, les participants ne devaient pas manger entre 19h et 7h.

---------

Source
LaNutrition.fr et Juliette Pouyat ( Revue Néosanté )
(*) Fitzgerald KN, Hodges R, Hanes D, Stack E, Cheishvili D, Szyf M, Henkel J, Twedt MW, Giannopoulou D, Herdell J, Logan S, Bradley R. Potential reversal of epigenetic age using a diet and lifestyle intervention: a pilot randomized clinical trial. Aging (Albany NY). 2021; 13:9419-9432. https://doi.org/10.18632/aging.202913

En lire plus →

Akkermansia muciniphila : la bactérie pour lutter contre le surpoids

Akkermansia muciniphila, bactérie intestinale contre le surpoids bientôt commercialisée sous forme de complément alimentaire .

Résumé

La bactérie Akkermansia muciniphila pasteurisée, qui vient d'être approuvée par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), restaure la fonction barrière de l’intestin.
De quoi séduire les personnes en surpoids ou souffrant de risques cardiovasculaires associés.
La Belgique fera partie des premiers marchés sur lesquels la spin off de l’UCLouvain commercialisera son complément alimentaire.

                                ---------------------------------------------------------

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) vient de donner son feu vert à la bactérie Akkermansia muciniphila pasteurisée. La spin off de l’UCLouvain va pouvoir mettre son complément alimentaire sur le marché. C’est une rentrée sur les chapeaux de roues pour le Pr Patrice Cani (UCLouvain) et Michael Oredsson, CEO de sa spin-off A-Mansia, créée en 2016 en collaboration avec l’Université de Waegeningen, aux Pays-Bas. Ce 1er septembre, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a donné son feu vert pour la mise sur le marché de la bactérie Akkermansia muciniphila sous sa forme pasteurisée. À Bruxelles, les travaux du Pr Cani avaient pu montrer ces dernières années l’attrait que cette bactérie représentait pour la santé.

Bénéfique pour les personnes en surpoids

Cette bactérie intestinale, découverte à Waegeningen et étudiée depuis à Bruxelles, restaure la fonction barrière de l’intestin. Cela entraîne une réduction des marqueurs inflammatoires dans le foie, de la résistance à l’insuline ou de l’hypercholestérolémie avec, à terme, un meilleur contrôle du stockage des graisses, du métabolisme du glucose et de la dépense énergétique. De quoi séduire les personnes en surpoids ou souffrant de risques cardiovasculaires associés.
Mieux encore, la recherche menée à l’UCLouvain avait aussi permis de démontrer que la forme pasteurisée de la bactérie (à 70 degrés pendant une demi-heure) était même plus efficace que sa forme vivante. Avec comme autre avantage de la forme pasteurisée que celle-ci est plus stable dans le temps et plus simple à mettre en œuvre.
C’est donc sous forme de complément alimentaire, à avaler dès l’an prochain, "sans doute sous forme de gélule ou de comprimé, cela reste à déterminer", précise le Pr Cani, qu’Akkermansia devrait débarquer sur les marchés. "Nous ne la proposerons pas mélangée à des aliments ou à une boisson", indique encore le scientifique.

La Belgique, un des premiers marchés

"La Belgique sera sans aucun doute un des premiers pays à en bénéficier", estime Michael Oredsson, le CEO d’A-Mansia. "Nous devons encore définir quels seront les autres pays où nous proposerons ce 'novel food', dès le second semestre 2022", précise-t-il.

La notion de "novel food" résulte d’un règlement européen. Il s’agit de tout aliment ou nutriment pour lequel on ne dispose pas d’un long historique de consommation ou qui proviendrait d’une nouvelle source. Cela concerne aussi des aliments ou des nutriments qui auraient été transformés ou qui auraient subi une modification technologique, et ce après mai 1997. Des bactéries, comme dans le cas présent,  sont donc concernées par ce règlement européen, mais c’est aussi le cas de certains constituants de fibres alimentaires, par exemple, modifiées récemment par une activité enzymatique ou encore les insectes destinés à l’alimentation humaine pour lesquels on ne dispose pas d’un long historique de consommation en Europe.
En ce qui concerne Akkermansia, le choix définitif de la forme commercialisée de cet aliment dépendra des autres composants qui seront adjoints à la fameuse bactérie, ainsi que des coûts de fabrication, différents selon le type de produit envisagé. Quant à la production, elle se fera bien en Europe, mais pas en Belgique. Où exactement? "Cela reste confidentiel à ce stade", indique Michael Oredsson.
Parallèlement à la procédure qui avait été entreprise auprès de l’EFSA,  la société A-Mansia avait également entrepris des démarches identiques aux États-Unis, où elle attend le feu vert des autorités locales pour y proposer également son complément alimentaire.

---------

Source
https://www.lecho.be/entreprises/pharma-biotechnologie/une-bacterie-intestinale-contre-le-surpoids-bientot-commercialisee/10329381.html

En savoir plus
https://www.a-mansia.com/scientific-publications/

En lire plus →